Mondovino, la mauvaise foi

Publié le par Jean-Noël Hervé

Hier redifusion de Mondovino sur FR3
Je n'ai pas regardé une fois m'a suffit.
Lors de la première, à Libourne,il y a quelques années maintenant, j'ai visionné ce "documentaire" sélectionné pour le festival de Cannes dans cette catégorie.
Le choc a été grand!
Connaissant personnellement tous les Bordelais interrogés (ou plutôt piégés), je suis resté outré du visage que Nossiter leur a dépeint.
Michel Rolland, Patrick Léon, particulièrement, ont été trompés.
Pour les côtoyer, je peux affirmer qu'ils n'ont rien à voir avec ce qu'on peut déduire du film, ils sont dans la vie sympathiques, très compétents, généreux tendance serviable et surtout ils sont de vrais amoureux du vin.
Le film est à mon sens malhonnête dans le fond et même dans la forme.
Par exemple on y voit Michel Rolland hilare se comporter comme le pire des gens riches dans sa voiture assis à l'arrière, méprisant son chauffeur au volant.
Pour voir passer devant ma porte ce même équipage plusieurs fois par semaine, jamais ce n'est comme cela, Michel est à l'avant et j'ai droit à un salut amical au passage.(Déguster des dizaines de vins par journée impose de ne pas conduire soi même, avoir un chauffeur n'est donc pas un signe extérieur de richesse mais une necessité et cela fait un emploi)
En fait Nossiter lui a pour des questions de facilité de cadrage demandé de s'asseoir à l'arrière et de jouer une conversation téléphonique. De bonne humeur et loin de penser à un piège, il l'a fait.
Résultat, une exploitation très orientée de cette position amène à le rendre antipathique, voir odieux.
Patrick Leon qui maîtrise à la perfection les interviews n'a pas été en difficulté ce qui nuisait au but recherché, donc pour dégrader sa personne et surtout  ce qu'il représentait (La Maison Rothschild): alors qu'il s'exprimait la netteté du cadrage s'effectue non pas sur lui mais sur l'arrière plan (un ouvrier indiscret sur une échelle. Toute la salle rigole, et les propos de Patrick ne sont donc pas respectés, pas écoutés.
L'histoire avec Madame Péré-Vergé où Michel Rolland lui dit qu'il faut 'oxygéner" est un montage, il l'a dit une fois et Nossiter nous la ressort à tout va!
Si cette façon de procéder peut s'appeler Documentaire, alors là c'est un peu fort! C'est plutôt une honte pour le journalisme oui!
Robert PARKER, évidemment, ne peut qu'être le symbole du monde des méchants du vin dans ces conditions.
Bon je suis un petit dans ce monde, mais je ne suis pas un lâche et je voulais dire haut et fort que tout cela est une mascarade et l'esprit y est détestable.
J'aime les personnages ci dessus et ils me le rendent bien, ainsi qu'à une majorité d'amateurs de vins dans le monde, qui grâce à leur influence ont eu accès à des vins parfois nouveaux et d'un niveau qualitatif fantastique.
N'en déplaise aux nostalgiques de l'ordre établi il y a un siècle et demi, la marche en avant vers l'excellence est menée par eux et un nombre de Crus croissants.
Dans la réalité, les bons et les méchants ne sont pas du tout ceux que Nossiter prétend désigner.
et ne lui en déplaise, les gagnants de l'implication des "victimes" de Nossiter sont définitivement:...VOUS, les consommateurs, les vins qu'ils font, font faire ou notent bien sont excellents.


Publié dans Divers

Commenter cet article