Grêle

Publié le par Jean-Noël Hervé

Comme tous les viticulteurs et particulièrement les gaulois (voir notre Menhir à l’entrée du vignoble), nous avons peur que le ciel nous tombe sur la tête.

Plus exactement nous redoutons qu’il ne tombe sur nos vignes sous la forme de petits projectiles glacés.

 

Hier soir, nous en avons vu lors d’un orage quelques échantillons de grêle mitrailler le feuillage.

Fort heureusement il ne s’agit que de quelques impacts isolés et sans conséquence.


Mais cela nous rappelle à l’évidence que tant que le raisin n’est pas rentré, le millésime n’existe pas !

Les vendanges sont encore loin, et nous aurons pas mal d’occasions de passer des nuits blanches à s’inquiéter !

D’accord, la crainte n’évite pas le danger, mais on ne se refait pas !

Comment vivre détachés de tous les risques, après avoir assumé le travail d’une année entière et être indifférents à l’avenir de notre récolte ?

Moralité, nous ne sommes pas « sages » car trop passionnés.

Notre existence de vigneron a des raisons que la Raison ignore.

Publié dans Dans les vignes

Commenter cet article